Index   Contre-réforme espagnole

El Greco

(1541-1614)

 

Le Gréco est né en Crète en 1541 (mort en 1614). Il commence par peindre des icônes de type byzantin, puis migre vers Venise, où il entre dans l'atelier du Titien. Il subit également l'influence du Tintoret (couleurs, maniérisme). Il part ensuite puis Rome protégé par les Farnèse, avant d'aller en Espagne avec l'espoir de servir Philippe II pour la décoration de l'Escurial. N'ayant pas été choisi, il s'installe à Tolède sous la protection d'un prélat et peint essentiellement des portraits, des images de dévotion et des retables.

Christ en croix, 1581

La croix occupe toute la largeur et la longueur du tableau. Vers le bas, elle se prolonge en dehors du tableau. En haut, elle atteint les nuages qui se déchirent. Elle fait donc le lien entre le ciel et la terre, c'est l'image d'un arbre de vie. Le Christ a les yeux levés vers le ciel, son corps est modèle par la lumière. A ses pieds, on trouve un prêtre et un hidalgo, une main sur le cœur et l'autre tendue vers nous, nous invitant à entrer dans l'espace du tableau et à suivre cet exemple de piété. Ces deux personnages sont représentés à mi-corps, afin d'être plus proche du spectateur et du fidèle, conformément aux exigences du concile. Le respect des textes est strict : les initiales INRI apparaissent au-dessus de la tête du Christ, en grec, en latin et en hébreu ; le ciel obscur figure les ténèbres tombées sur la terre à l'expiration du Christ (9e heure).

 

Saint Louis roi de France

Il s'agit à la fois d'une image de dévotion t d'un portrait. Outre les attributs habituels du roi (sceptre, main de justice) Saint Louis porte une armure qui rappelle le croisé. Le thème de Saint louis distribuant les aumônes (qui n'est pas représenté ici) est typique de la peinture de la Contre-réforme, qui valorise systématiquement les oeuvres de miséricorde (pour les catholiques, la grâce divine ne suffit pas pour être sauvé, d'où la nécessité des oeuvres de charité).